Dons d'organes


Le don d’organes est l’acte fondateur de la transplantation qui permet généralement de sauver plusieurs vies  (plusieurs organes pouvant être dirigés vers plusieurs patients atteints de pathologies différentes). Si vous souhaitez que vos organes et tissus soient greffés à des malades après votre décès, dites le simplement à vos proches ! Le dire à ses proches (conjoints, parents, famille…), c’est le moyen le plus efficace pour signifier votre choix et pour qu’il soit respecté. Que vous portiez ou non une carte de donneur, vos proches seront interrogés par les équipes médicales sur votre position concernant le don d’organes.

Si vous ne souhaitez pas donner vos organes et tissus après votre décès, parlez-en à vos proches et inscrivez-vous sur le registre national des refus.

La loi bioéthique définit le cadre juridique dans lequel s’inscrivent les activités de prélèvement et de greffe, mais aussi de procréation, d'embryologie et de génétique humaines.

La loi est le résultat de plusieurs décennies d’évolution des textes et des pratiques, puisque les premiers textes de lois relatifs au don d'organes datent de 1887 !

 

Ce qu’il faut savoir sur le don d’organes

 

Peut-on donner lorsqu'on est âgé ou malade ?

Il n’y a pas de contre-indication au don d’organes a priori. Quelque soit l’âge ou l'état de santé, ce sont les médecins qui évaluent au cas par cas chaque organe qui pourra être greffé à un malade.

 

Combien de personnes puis-je sauver ?

Cœur, foie, reins... sur un seul donneur, on prélève généralement plusieurs organes, ce qui permet de greffer en moyenne 4 personnes.

 

Puis-je choisir l'organe que je souhaite donner ?

Oui, tout a fait. Il suffit de préciser à vos proches ce que vous voulez et ne voulez pas donner pour qu’ils en témoignent au moment du décès auprès de l’équipe médicale.

 

Qu’en pensent les religions ?

Toutes les religions invitent leurs fidèles à réfléchir dès lors qu’il s’agit de sauver des vies.

 

Et si je ne veux pas donner mes organes ?

Vous pouvez le dire à vos proches ou vous inscrire sur le registre national du refus qui est systématiquement consulté par l’équipe médicale. Aucun prélèvement d’organes ne sera envisagé si vous y êtes inscrit. Il est possible de se désinscrire à tout moment.

 

Dans quel état est rendu le corps ?

Le prélèvement est une opération réalisée dans un bloc opératoire, dans les mêmes conditions et avec les mêmes soins que pour un patient. Les incisions sont refermées par des points et recouvertes par des pansements. Après l’opération, le corps est habillé et rendu à la famille, qui peut réaliser les obsèques qu’elle souhaite. Aucune cicatrice n’est apparente, aucuns frais ne sont réclamés.

 

Est-ce que mon corps sert à la science ?

Donner son corps à la médecine pour les cours d’anatomie des étudiants n’a strictement rien à voir avec le don d’organes destiné à soigner des malades. Pour léguer son corps à la science, il faut s’inscrire auprès d’une faculté de médecine.

 

Ma famille pourra-t-elle contacter les personnes greffées ?

C'est impossible, la règle de l’anonymat s'applique entre le donneur et le receveur. En revanche, la famille du donneur peut s'informer, auprès de l’équipe médicale, de la réussite de la greffe. Cet anonymat permet de préserver la famille du donneur et d’aider les personnes greffées à prendre de la distance par rapport à l’organe qu’ils ont reçu même s’ils pensent régulièrement à leur donneur.

 

Le dire c’est le seul moyen ?

Donneur ou pas, il y a deux moyens légaux de faire connaitre son choix sur le don de ses organes : le dire à ses proches et, seulement pour ceux qui sont opposés au don, s’inscrire au registre national des refus.


Remplir une carte de donneur d’organes ou glisser un mot dans son portefeuille, pourquoi pas ! si ça vous aide ou vous rassure dans votre démarche. Mais il faut savoir que carte ou pas, si un prélèvement d’organes est possible, les médecins devront interroger votre famille car la loi l’impose.

 

Pour plus d’informations vous pouvez consulter la brochure de don d’organes

source www.dondorganes.fr.